dimanche 30 juillet 2017

124. Je hais l'été

Ma cent-vingt-quatrième lecture est un livre de Claude-Henri Buffard : 


Voici la quatrième de couverture  (composée d'extraits de l'ouvrage) : « Saison du prêt-à-suer, l'été transpire de promesses non tenues. Les matins enchanteurs ne débouchent que sur la lai­deur crue de la journée, les voluptueuses soirées n'ouvrant que sur des nuits d'insomnie, de sudation et de moustiques.
L'été, les débordements de chair me font honte, la plage m'horripile, les maîtres-nageurs me font sourire, les body-buil­dés me font pouffer, les strings me font glousser, le farniente m'anéantit, la sieste me fait périr, la vacuité me fait mourir.
On se regarde mollir ensemble, le cul sur la serviette ou le corps incurvé dans une chaise longue. On aime le mou que l'on devient. On est bien. On se veut mou, on se vautre mou, on se demande même à haute voix comment on a pu ne pas l'être plus tôt. On voudrait que ça ne s'arrête jamais. On se roule dans l'instant présent comme les chiens des villes dans le sable. On reviendra l'année prochaine.
Je hais l'été.
Belle saison, vos beaux jours me font mourir d'ennui. D'en­nui, belle saison, vos beaux jours me font mourir. Me font mou­rir d'ennui, vos beaux jours, belle saison. »

Je l'ai lu d'une traite, c'est un ouvrage amusant dont on savoure avec délices certains passages - d'autant plus que l'été n'est pas vraiment ma saison favorite (la chaleur, la moiteur, les moustiques) même si les vacances d'été sont une période que j'affectionne (pour les vacances, plus que pour l'été). 
Dans ce livre vous trouverez ainsi tout ce qui rend l'été détestable : les moustiques, la moiteur, la sueur, les touristes, les pique-niques, la sieste, les visites guidées, les cris d'enfants ...

A lire par une chaude journée indolente. 

PS : cette lecture compte pour le challenge des couvertures, les 12 thèmes, , le challenge des chiffres et le bingo littéraire de l'été. 


2 commentaires: